PostHeaderIcon Solaire : l’allemand Q-Cells repris par ses créanciers

Si Q-Cells évite pour l’instant la faillite, ses actionnaires n’échappent pas au désastre. Incapable de rembourser une obligation de 200 millions d’euros arrivant à échéance en février, le fabricant allemand de cellules solaires a trouvé hier un accord avec ses créanciers. Ceux-ci vont prendre le contrôle d’au moins 95 % des actions du groupe, en échange de l’abandon d’une grande partie de leur mise initiale.

Trois obligations d’un montant total de 580 millions d’euros sont concernées par cet accord. Q-Cells va tout d’abord rembourser 20 millions d’euros aux détenteurs de l’obligation arrivant à échéance en février. Le groupe allemand espère ensuite lever quelque 200 millions «  dans les prochaines années  » grâce à des ventes d’actifs périphériques pour rembourser ses créanciers. Q-Cells va convoquer une assemblée générale extraordinaire pour avaliser ce plan de désendettement.

Ce sauvetage va permettre de gagner du temps et évitera tout risque de faillite en 2012, estiment les analystes. L’annonce a fait bondir de près de 40 % le cours du groupe. Mais cela ne suffira pas à compenser l’effondrement d’un titre qui a chuté de 99 % en cinq ans.

Concurrence asiatique

Les raisons du déclin restent également intactes. A l’instar des autres acteurs de l’industrie photovoltaïque allemande, Q-Cells est pénalisé par la baisse des subventions aux énergies vertes et la montée en puissance des fabricants asiatiques de panneaux solaires. Fin janvier, le groupe avait annoncé que ses fonds propres étaient devenus négatifs.

Fondé en 1999 et installé dans une zone industrielle de l’ex-RDA, Q-Cells aura tout connu en Bourse. Introduite sur le marché en octobre 2005, à 15 euros l’action, la société était rapidement devenue la star allemande des énergies renouvelables, passant même le seuil des 80 euros fin 2007, avant que la crise de 2008 ne marque le début de ses revers.

Source : Les Echos

 

Une réponse à to “Solaire : l’allemand Q-Cells repris par ses créanciers”

Laisser un commentaire