Articles avec le tag ‘ampoule à LED’

PostHeaderIcon LA LED S’APPRETE A BOULVERSER LE MARCHE DE L’ECLAIRAGE

LAMPE

L’interdiction progressive en Europe des traditionnelles ampoules à incandescence, trop énergivores,  boulverse le marché de l’éclairage. Parallèlement, la lampe à led, équipé de semi-conducteurs qui produisent de la lumière au passage d’un courant électrique, se développe à vitesse grand V. Et devient l’objet de toutes les convoitises.

La led, qui ne représente pour l’instant que 5% du marché de l’éclairage professionnel, devrait dépasser les 50%, toutes applications d’éclairage confondues, d’ici à 2020. De quoi attiser les appétits de certains.

En témoigne l’arrivé récente de Toshiba, numéro trois mondial du semi-conducteur, sur le marché de l’éclairage en Europe. Le géant japonais a choisi la France pour lancer ses lampes à led sur le Vieux Continent. Espérant en distribuer, dès 2010, 600 000 exemplaires dans l’Hexagone.

Philips, General Electric, Osram (filiale de Siemens) : les trois acteurs historiques du secteur se sont longtemps partagé le gâteau de l’éclairage. « Mais leur monopole est cassé, estime Bernard Jannin, vice-président du Groupement  interprofessionnel du luminaire (GIL). Le marché échappe aux grands constructeurs de sources lumineuses. » Et d’énumérer les nouveaux intervenants : « l’américain Cree, le coréen Seoul Semiconductor ou encore le japonais Nichia », l’inventeur de la led bleue.

Entre les acteurs du composant électronique et ceux de l’éclairage, la guerre de la lampe est ouverte.

Source : LES ECHOS 7 DECEMBRE 2009

PostHeaderIcon ENERGIE SOLAIRE : PARC ET BOIS

PARCS ET BOIS

Beaucoup de bois et de parcs se trouvant éloignés du réseau électrique, l’électricité solaire constitue dans ce cas la seule solution.

Les modules solaires fournissent de l’énergie pour l’éclairage, l’information et la télécommunication.

PostHeaderIcon Des panneaux solaires remplaceront-ils l’asphalte ?

Comment rentabiliser les milliers de kilomètres carrés de bitume des réseaux routiers ?

Scott Brusaw, le créateur du projet Solar Roadways, a son idée. Il imagine recouvrir les routes de panneaux solaires photovoltaïques « durcis » pour résister à l’usure. Il calcule que s’il est possible de fabriquer et de poser  ces panneaux solaires pour moins de 6000 euros pièce, les chaussées solaires reviendraient moins cher que l’asphalte, notamment par un entretien réduit ( réfection complète tous les vingt et un ans au lieu de sept). De quoi recharger les voitures électriques sur les aires de repos, et alimenter les villages traversés.

Cette « route énergétique » servirait aussi à transporter le courant produit dans d’autres types de centrales, à la place des pylônes à haute tension, et de réseau de télécommunication pour le téléphone, l’internet et la télévision. Au passage, grâce à l’intégration d’ampoules à LED dans la chaussée, ces panneaux afficheraient des indications de trafic, signaleraient les accidents et donneraient des conseils aux automobilistes.

Fin aôut, Solar Roadways a reçu 70 000 euros du ministère américain des transports pour mettre au point un prototype d’ici six mois.                                                                                       Source : SCIENCE & VIE NOVEMBRE 2009

ROUTE