Articles avec le tag ‘Energie propre’

PostHeaderIcon La vallée du Rhône vise l’exemplarité pour les véhicules publics

CAR-PORT-150x150[1]

 

 

 

 

Les stations de recharge électrique le long du corridor rhodanien seront distantes de 30 Km au maximum

Source : les Echos

PostHeaderIcon Inauguration des premières éoliennes en d’Île-de-France

Les sociétés Theolia et Vol-V viennent d’inaugurer le parc éolien des Gargouilles situé aux portes de la plaine de Beauce, non loin d’Etampes. Il comprend 16 éoliennes d’une puissance totale de 36,8 MW. Elles produiront ensemble suffisamment de courant électrique pour la consommation de plus de 34.000 personnes. Un projet de très longue haleine dont les concertations avaient débuté dès 2003.

PostHeaderIcon Les conditions qui permettent aux énergies propres d’êtres rentables

Des ressources naturelles abondantes

 Là où le soleil, le vent ou la chaleur géothermique abondent, les systèmes produisent bien plus, dans des proportions de 40 à 50 % dans l’éolien ou le PV par exemple. C’est suffisant pour faire basculer l’équation économique du bon côté. Le sous-sol très chaud de l’Islande, de l’Indonésie ou dela Toscanea fait localement sortir de terre quelques centrales de production d’électricité ou de chaleur. L’Islande a ainsi réussi à attirer des sidérurgistes comme Alcoa, ravis de profiter de cette énergie bon marché. L’hydroélectricité repose sur la même équation. Une grosse trentaine de giga watts pousse en plus chaque année pour chacune des deux énergies, un développement toutefois freiné par les mouvements sociétaux qui redoutent les destructions et les perturbations de terrain générées par ces technologies.

Quant aux panneaux solaires thermiques, ils démontrent depuis longtemps leur compétitivité dans les pays du Sud.

Des sites isolés

Le solaire photovoltaïque a trouvé, pour premier marché, les archipels situés dans la ceinture équatoriale (« sun belt »). Ces conditions offrent un terrain idéal au solaire : la ressource est abondante, le réseau électrique difficile à créer et l’énergie fossile coûteuse d’accès. Résultat, le photovoltaïque est plus compétitif pour un village ou une communauté qu’un groupe électrogène Diesel. Ces conditions se retrouvent en Afrique, aux Maldives, en Indonésie ou dans le Pacifique. 

Un marché libre et des prix élevés

« En Turquie, les producteurs éoliens n’utilisent pas le tarif d’achat régulé car le marché spot permet de vendre à un meilleur prix aux distributeurs d’électricité. C’est un pays très bien venté où les fermes éoliennes produisent beaucoup et trouvent leur place grâce  à un prix élevé de l’électricité et un marché de l’électricité vraiment libéralisé. On y trouve de nombreuses compagnies de distribution qui surveillent leur mix énergétique », explique Eric Scotto, dirigeant du producteur français Akuo. 

Des contrats longs terme pour garantir l’investissement

Le marché brésilien possède, en dehors du marché réglementé pour les particuliers, un marché libre fonctionnant par appel d’offres avec des contrats d’approvisionnement sur vingt ans. « Dans ces conditions de long terme, les producteurs d’énergie renouvelable sortent des offres plus compétitives que les offres conventionnelles qui doivent actualiser l’augmentation inéluctable des cours d’hydrocarbures », explique Paolo Frankl. Comme d’autres pays en Amérique latine, le Brésil attire donc de nombreux investissements « durables ».

Les Etats-Unis ont longtemps offert les mêmes conditions de marché, jusqu’à ce que le succès du gaz de schiste fasse baisser le prix du méga wattheure à 40 ou 50 dollars. Imbattable. « Quelques fermes éoliennes bien ventées parviennent encore à se monter, constate Eric Scotto. Depuis peu, les banques autorisent aussi les producteurs à vendre une partie de leur production sur les marchés spot, ce qui permet d’aller chercher des prix plus élevés. »

Une double valorisation de la ressource

La biomasse est une énergie déjà largement employée dans le monde pour produire de la chaleur, par combustion après séchage de la matière ou méthanisation du biogaz. Elle permet, de plus en plus, une production économique d’électricité lorsqu’elle est associée à la valorisation de la chaleur associée (cogénération) et que la ressource est bon marché. On retrouve cette conjonction dans les pays nordiques, qui profitent de leurs forêts pour chauffer et éclairer leurs villes. L’industrie en a compris l’intérêt depuis longtemps : les déchets agricoles, les résidus papetiers ou de scierie alimentent des centrales dans les Landes en France (pin), au Brésil (bagasse) ou en Malaisie (déchets du riz).

Souce : Les Echos

 

PostHeaderIcon BATEAU SOLAIRE

Le bateau solaire a largué les amarres pour son tour du monde

PlanetSolar, le plus grand bateau solaire du monde, a quitté le port de Monaco, lundi 28 septembre. Il devra faire un tour du monde exclusivement à l’énergie solaire.

Long de 31 mètres, sur 15 de large, PlanetSolar est doté de 537 m² de panneaux solaires photovoltaïques, ce catamaran pèse 95 tonnes.

Premièrement, le navire devra traverser l’Atlantique pour rejoindre Miami, puis il passera le canal de Panama et accostera à San Francisco, avant de descendre dans l’hémisphère sud pour aborder Sydney, d’où il repartira pour Singapour et enfin Abu Dhabi, dernière alte avant de rentrer à Monaco.

Dépendante des conditions météorologiques et climatiques, la durée du voyage pourrait être considérablement prolongée. Un voyage donc très imprévu pour l’équipage composé de 6 personnes dont le Suisse, Raphaël Domjan, fondateur du projet.

Cette expédition, une première mondiale, a pour visée de promouvoir la mobilité solaire tout en acquérant de plus grandes connaissances en vue de son développement. Cette expèrience est soutenue par le gouvernement Suisse.

PostHeaderIcon VERS UN LARGE ACCES AUX ENERGIES PROPORES EN AFRIQUE ?

Quelque 77% de la population de l’Afrique subsaharienne n’a pas accès à l’électricité, et, dans les zones rurales, le taux moyen atteint même 92%.

Une telle injustice empêche l’éducation des enfants, accroît les problèmes de santé et, au final, entrave l’essor économique de ce continent. Face à cela, les énergies renouvelables ne représentent que…3% de la consommation énergétique. Pourtant l’Afrique détient un fort potentiel en la matière.

Le 24 mai dernier, à Rome, les ministres de l’Energie du G8 ont affirmé leur volonté de s’attaquer sans délai à « la pauvreté énergétique ». Quelques jours plus tard, à Nairobi, c’était au tour de Jean-Louis Borloo, ministre de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de la Mer, de présenter une initiative qu’il souhaiterait européenne : « Energizing Africa : from dream to reality » (Apporter l’énergie à l’Afrique : du rêve à la réalité). Son objectif : élargir l’accès à l’électricité en Afrique tout en luttant contre le changement climatique. Avant 2012, des actions à court terme reposant sur « le déploiement à plus grande échelle de solutions éprouvées » seraient développées. Celles-ci jetteraient les bases d’un programme qui toucherait ensuite l’ensemble des Africains.

On ne peut que se réjouir de voir enfin la question des énergies renouvelables occuper le devant da la scène. Toutefois, après l’affichage politique, reste à élaborer les programmes de grande ampleur et à trouver les financements ainsi que les acteurs compétents. 

Source : Alain Liébard, Président de la Fondation Energies pour le Monde

PostHeaderIcon Le climat, pricipal thème du sommet entre l’UE et la Chine

Le premier ministre chinois Wen Jiabao a reçu pour l’occasion son homologue suédois Fredrik Reinfeldt qui assure la présidence tournante de l’UE, ainsi que le président de la Commission européenne José Manuel Barroso. La renctntre a  lieu à Nankin à l’est de la Chine.

Emboîtant le pas des Etat-Unis, la Chine premier émetteur mondial de gaz à effet de serre a pour la première fois annoncé ses objectifs chiffrés. Elle s’engage à réduire sa production de CO2 de 40 à 45 % d’ici 2020 par rapport à 2005.

L’UE a salué ce geste, mais a jugé insuffisants les efforts de Pékin. La Chine a répondu que ses propsitions étaient, « solennelles et sérieuses et qu’elle s’y conformerait ».

Source : euronews

PostHeaderIcon ENERGIE SOLAIRE : POMPAGE D’EAU/IRRIGATION

POMPAGE

Des milliers de panneaux solaires photovoltaïques produisent de l’énergie pour des systèmes de pompage d’eau qui fournissent de l’eau potable et pour l’irrigation aux pays en voie de développement et aux pays développés.

Les panneaux solaires photovoltaïques donnent de l’énergie propre, silencieuse, fiable et plus économique que les systèmes diesel conventionnels.