Articles avec le tag ‘solaire photovoltaïque’

PostHeaderIcon Hyperloop : un projet futuriste de liaison terrestre transsonique

Relier Los Angeles à San Francisco, soit 550 km, en 35 minutes, sans quitter le plancher des vaches, impossible ? Pas pour l’hyperactif touche-à-tout Elon Musk qui, après avoir fait fortune dans l’Internet (PayPal), après avoir lancé une marque de voitures de sport électriques (Tesla) et initié la privatisation de la conquête spatiale (SpaceX) s’intéresse désormais au transport terrestre à très grande vitesse. En toute modestie, le milliardaire d’origine sud-africaine, qualifie son projet « Hyperloop » de « cinquième moyen de transport » en plus de la voiture, du train, de l’avion et du bateau. Le vecteur serait en fait un hybride de train à sustentation magnétique, de capsule spatiale et… de pneumatique.
A mi-chemin entre le Concorde, le canon électromagnétique et la table de air hockey…

Hyperloop tubes

Zoom [+]
Techniquement, Hyperloop est un réseau de tubes à basse pression montés sur pylônes dans lesquels circulent à haute vitesse de petites capsules pressurisées. Selon les concepteurs, le système pourrait atteindre les 1.200 km/h, soit juste en dessous de la vitesse du son. Grâce à la diminution des frottements liés à l’absence d’air, la puissance nécessaire pour propulser une capsule resterait faible : un moteur électrique embarqué, dérivé de celui du coupé Tesla, servirait à créer un champ électromagnétique autour d’elle. Le système serait conçu pour être extrêmement léger, à l’opposé des lourds convois de trains. Les sensations ressenties seraient proches de celles d’un vol en avion.

Mais les avantages ne s’arrêteraient pas là. Le prix des infrastructures et des capsules serait extrêmement compétitif par rapport à ceux des lignes ferroviaires à grande vitesse classiques. Le réseau Hyperloop californien proposé entre San Francisco et Los Angeles est estimé à 6 milliards de dollars, alors que l’équivalent en voie ferrée est dix fois plus cher (et que le temps de liaison estimé pour un TGV LA-SF est de 2h40). De quoi proposer des billets à coût réduit, de l’ordre de $20 pour un trajet. Les capsules, contenant six à douze passagers, seraient insérées dans les tubes à la demande, comme des voitures sur une autoroute, sans horaires imposés comme l’avion ou le train. « Ce que l’on veut, c’est un système où il n’y ait jamais d’accident, qui soit au moins deux fois plus rapide qu’un avion, qui soit alimenté par l’énergie solaire, et qui part dès que vous arrivez, sans attente« , explique Elon Musk. Des départs pourraient avoir lieu toutes les 30 secondes, pour espacer les capsules entre elles.

Ni crash, ni déraillement ?
Demeurent quelques questions : le promoteur annonce que l’Hyperloop ne sera pas exposé aux intempéries (ni tempêtes, ni neige) et aux accidents, « car il ne peut pas s’écraser ou dérailler« . Mais quid des effets de tremblements de terre sur le réseau de tubes ou d’une éventuelle défaillance d’une capsule au milieu du trafic lancé à 1.100 km/h ? Comment intervenir en cas de panne ? Soulignons que l’alimentation en électricité se fera à partir de panneaux solaires installés sur les tubes du réseau, rendant le système autosuffisant, voire excédentaire… Le milliardaire souhaiterait désormais construire un premier prototype de démonstration, avant, dans 10 ans, de mettre en service le premier tronçon. Economiquement, la solution serait optimale pour toute liaison inférieure à 1.500 km. Transposé en France, ce transport terrestre du futur permettrait de mettre Nice à moins d’une heure de Paris…

Source : batiactu

PostHeaderIcon L’HYDROGENE SOLAIRE DEVIENT FACILE A PRODUIRE

Un nouveau pas vient d’être franchi vers la production de carburant, à partir d’énergie renouvelable.

Fin septembre, des chercheurs du MIT (Etats-Unis) ont présenté un dispositif peu onéreux permettant de produire de l’hydrogène à partir d’énergie solaire.

D’autres équipes y étaient déjà parvenues, mais en utilisant des catalyseurs rares et précieux, comme le platine, ce qui bloquait toutes possibilité de développent à grande échelle.

Le cœur du dispositif, cette fois-ci, est constitué d’une feuille de cellules photovoltaïques en silicium. Sur la cathode, les chercheurs ont remplacé le platine par une combinaison inédite de métaux abondants et bon marché : nickel, molybdène et zinc. Côté anode, ils ont utilisé du cobalt. Il suffit de jeter cette feuille dans un récipient d’eau pour voir, en quelques secondes, les bulles d’oxygène et d’hydrogène remonter à la surface. « Les métaux utilisés ont un avantage certain : Ils sont utilisable dans de l’eau à pH 9, alors que les alternatives au platine nécessitent souvent une eau très basique, corrosive pour le silicium des cellules photovoltaïque », décrypte Vincent Artero, chercheur au CEA à Grenoble.

Prochaine étape : développer le système de collecte et de stockage de l’hydrogène, pour pouvoir l’utiliser demain dans une pile à combustible et produire ainsi de l’électricité.   

Source : SCIENCE & VIE

PostHeaderIcon ENERGIE SOLAIRE : PROTECTION CATHODIQUE

PROTECTION CATHODIQUE

Dans l’industrie du pétrole et du gaz, des modules solaires photovoltaïques spécialement conçus pour la protection cathodique représentent une solution fiable et économique pour l’entretien de milliers de kilomètres de pipe-lines.

PostHeaderIcon ENERGIE SOLAIRE : PARC ET BOIS

PARCS ET BOIS

Beaucoup de bois et de parcs se trouvant éloignés du réseau électrique, l’électricité solaire constitue dans ce cas la seule solution.

Les modules solaires fournissent de l’énergie pour l’éclairage, l’information et la télécommunication.

PostHeaderIcon SAINT GOBAIN SE DEVELOPPE DANS LE PHOTOVOLTAÏQUE

Nouvel acteur sur le marché du solaire photovoltaïque, Saint Gobain Solar propose déjà une offre complète de systèmes intégrés pour les bâtiments résidentiels et industriels, en toiture comme en façade.

Dernièrement, la société vient de signer un accord de partenariat avec Solaire France pour la distribution de tuiles photovlotaïques Sunstyle (récompensées d’une médaille d’or au concours de l’innovation de Batimat).

Dédiées aux toitures de grande taille jusqu’à une très faible pente, ces tuiles au format en losange reproduisent l’esthétique des petits éléments de couverture. La pose s’effectue par recouvrement avec joint d’étanchéité comprimé par serrage. L’entité de Saint Gobain dédiée à l’énergie solaire s’appuie sur un réseau d’installateurs QualiPV, chacun ayant suivi une formation spécifique au centre Saint Gobain Solar.                                     

Source : L’installateur novembre 2009

ST GOBIN